Nishat 113

Au pied des monts pyrénéens
j’ai entendu crier des oies sauvages
qui s’étaient trompé de chemin
En attendant que les nuages
lèvent enfin la visière
du vague
de l’incertain

Alain PRAUD

Un commentaire sur “Nishat 113

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s