Nishat 100

Mon frère je te vois tu regardes en face
des bustes de dieux alignés impassibles
et sans visage

Ce peu d’oiseaux marquant la neige
le rideau a bougé imperceptiblement
lèvent vers toi leur tête

Choeur lointain dans l’or rouge
et tapis de vrai jazz

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s