Mono no aware, 38 : La farce du Brexit

Il y a bien longtemps, en 1973, j’ai eu le droit de voter pour la première fois. J’avais 24 ans, c’était un referendum pour savoir si oui ou non le Royaume-Uni devait rejoindre l’Europe. A l’époque j’ai demandé à mon père qui votait pour moi de mettre un bulletin NON comme le recommandait le PCF auquel j’appartenais depuis peu. Pourquoi ? Peu importait, la direction soviétique comme aujourd’hui Poutine ne voyait aucun intérêt pour elle à une Europe élargie. De sorte qu’aujourd’hui, idéologiquement je voterais plutôt OUI. Quoique je me demande maintenant. Ces Britanniques qui n’ont jamais eu à en souffrir, que reprochent-ils à l’Europe ? « I want my money back » (rendez-moi mon pognon) disait l’épicière Thatcher et ce discours minable continue, jusqu’au mensonge avéré et avoué du chef des pro-brexit, énergumène sans scrupule ni pudeur qui avait promis de reverser la contribution britannique à l’Europe au système de santé anglais, et qui admet maintenant que c’était impossible, un mensonge donc.

Leçon majeure : ces gens qui, comme en France, font campagne contre les partis, les élites, etc, au nom de la vérité, sont des menteurs. Et bien plus nombreux et sans scrupules en France, où on est habitué à frimer et à mentir depuis des siècles. Les menteurs nationalistes mentant avec encore plus de bonne conscience que les autres, si c’est possible. En Angleterre (car de cette boue j’exclus au moins l’Ecosse que je connais, où j’ai de nombreux amis, bons vivants et amoureux de la poésie, du bien vivre, de l’humour, etc, enfin nos alliés), cette arrogance est dans les gènes comme on dit maintenant de gens qui doivent tout à l’Europe, et d’abord la langue française qu’ils ont pratiquée (ou subie, c’est selon) entre le XIe et le XVIe siècle, ce qui fait un bail. Il suffit d’ouvrir un dictionnaire unilingue, genre Oxford, pour constater qu’à chaque page les mots français sont majoritaires. Les autres mots sont d’origine germanique. Alors où est l’Angleterre ? Je dis bien l’Angleterre, puisque ce caprice de vieux ne concerne pas les autres, en tout cas pas l’Ecosse ? Chaque fois que j’ai séjourné en Angleterre des crétins incultes se sont empressés de me faire remarquer, avant que j’aie ouvert la bouche, que leur civilisation était infiniment supérieure à la mienne. Alors grand bien leur fasse maintenant qu’avec retard ils se rendent compte (comique à double détente) que sans doute ils ont mal voté, qu’ils vont le payer très cher, un prix insupportable.

Ah que c’est beau le populisme ! J’ai traité de cette question il y a déjà longtemps ( « Le peuple, combien de divisions ? », 08/01/2011, CROIRE AU MONDE, http://hyperion21.blog.lemonde.fr) mais personne n’entend, c’est cela la philo ou la pensée, ou un peu de raison seulement : personne n’écoute, et annonce même qu’il n’écoutera rien, comme ça c’est clair, on vit dans l’obscurité éclairée par deux ou trois cloportes fluos qui dictent tranquillement leur loi aux autres espèces. Et on s’étonne que des têtes vont tomber, mais oui, le plus étrange est que ces têtes le savent déjà, et restent là. Ces gens du Brexit se réjouissent, naturellement eux-mêmes ne savent pas pourquoi, savaient-ils même que l’Angleterre faisait partie de l’Europe ? Peut-être faudrait-il se souvenir que Churchill est mort en 1965, De Gaulle en 1970, et qu’après eux ne subsistent que des flottaisons politiques, qui ne sont rien sans les hommes qui les portent. En vérité le populisme est le pire système contre les peuples, puisqu’il les persuade d’âneries auxquelles lui-même se garde bien d’adhérer. D’ailleurs déjà le clown politique Boris Johnson, ancien maire de Londres et chaud partisan du Brexit, est dans la palinodie. Le rire a changé de camp, et pour longtemps. Ainsi va la vie.

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s