Nishat 89

Comment les oies sauvages
nous ordonneraient-elles
Le monde ni l’amour ne descendent de leurs cris

Elles informent le ciel les nuages
de leur quête sans but ni fin

Chaque poète est une oie sauvage
libre de sauter en plein vol

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s