Mono no aware 34 : Azuima, miss France au coeur

Pour les étrangers (Franchimans comme on dit en Gascogne, Zoreils à la Réunion) je précise tout de suite qu’il va s’agir d’une affaire locale et familiale, mais qui engage en quelque façon non seulement la France mais le genre humain tout entier. Une jeune fille de 19 ans, nommée Azuima Issa, a été élue miss Réunion 2015, non événement, épiphénomène, silence médias. Mais ici tout ce qu’il y a de lucide a compris que ce n’était pas seulement la plus mignonne qui venait d’être choisie, mais la plus belle, en un tout autre sens. Naturellement toutes les jeunes filles ne sont pas candidates ; mais à la Réunion c’est une tradition bien ancrée et très populaire, ce qui peut signifier, par de simples lois mathématiques, que miss Réunion a bien plus de chances d’être digne de ce titre éphémère que miss Bretagne par exemple. Car en Bretagne à peu près tout le monde se tamponne de cette compétition en effet assez futile. Comme quoi on peut avoir raison sub specie aeternitatis, et tort partout ailleurs. Pas nouveau non plus.

J’avoue que miss Réunion ne m’aurait pas fait bouger une oreille si cette élection avait eu lieu en présence de mes filles, qui regardent tout autre chose. Je ne me serais donc pas rendu compte en temps et en heure de l’extraordinaire beauté d’Azuima Issa. Je sais bien que la beauté est davantage dans l’oeil du prédateur que dans l’image caressante de la proie. Il y a tout de même quelques critères objectifs, voire mesurables, même s’ils changent avec les époques et parfois du tout au tout. Azuima est brune, blanche de peau, mesure 1,81m. Son nom, qui ne dit pas tout, suggère une ascendance zarab comme on dit ici, soit de culture musulmane indo-pakistanaise. En France métropolitaine on commencerait déjà à me taxer de racisme, c’est dire pourquoi j’entends finir ma vie ici. Rappelons en passant qu’en arabe Issa signifie Jésus. S’il faut balancer ma préférence par quelques éléments critiques je dirai que je trouve Azuima un tantinet trop mince (c’était le cas de quasiment toutes), et que donc si j’avais été un paysan gascon d’avant 1914 je ne l’aurais certainement pas épousée. Cela posé je ne crois pas que ce critère ait aujourd’hui la moindre pertinence, tant pour le jury que pour le public.

Ceux qui ont suivi de bout en bout ce spectacle autrement insupportable et coupé d’interminables tunnels publicitaires devront m’expliquer pourquoi ils ont accepté l’élection d’une dentiste assez quelconque alors que même miss Languedoc l’écrasait à l’image. On demande aux finalistes de dire en dix secondes pourquoi elles souhaitent plus que tout devenir miss France, j’ai bien écouté, et il me semble bien que seule notre Azuima a employé les mots « valeurs » et « tolérance ». Comme ça, sans appuyer, comme si pour elle c’était naturel, comme pour tous ses compatriotes. De la Réunion, je veux dire. Bien entendu qu’ici ce n’est pas le Paradis malgré les slogans publicitaires, il y a quelques tensions sous-jacentes qui resurgissent sporadiquement. Mais enfin aux dernières élections le FN a fait 2,37%. Dix fois moins qu’en métropole. Depuis le début de cette aventure, je veux dire depuis l’élection de miss Réunion où j’avais voté de bon coeur pour elle, je pensais qu’Azuima était la meilleure représentante de la Réunion mais aussi de la France, une France bien malade sur le plan de la tolérance. Car ce que la Réunion reçoit de la France métropolitaine, et de l’Europe sans qui elle survivrait à peine, elle pouvait cette fois le leur rendre sur le plan de l’image : une jeune fille naturelle, spontanée même dans les mots convenus, souriante sans se forcer et avec quel sourire ! Et puis issue de ce qu’on n’appelle pas ici une minorité (ça n’existe pas, il n’y a que des minorités), mais d’un groupe ethno-culturel significatif. O combien significatif en ces temps troublés.

Alors on va me dire que je politise inutilement ce qui n’est après tout qu’une affaire de divertissement, et culturelle seulement du bout des lèvres. Mais d’abord la culture je prends toujours, fût-ce du bout des lèvres ; et puis une manifestation de cette ampleur, de ce prestige, ne peut pas être qualifiée de divertissement, avec le léger mépris qui en France s’accole à cette étiquette. Le jury à mon sens l’avait bien compris, en particulier son président le couturier pour le moins atypique Jean-Paul Gaultier qui de toute évidence avait un certain ascendant sur les autres jurés ; et vu du canapé, la balance penchait pour Azuima, certains jurés étant franchement enthousiastes. C’était sans compter avec le public de Lille, forcément en faveur de sa candidate, qui a saturé le réseau de sms favorables, et surtout avec un décalage de 3 heures qui a empêché les Réunionnais d’en faire autant. Mais toute la France votait par téléphone, il y a en métropole des Réunionnais par dizaines et probablement centaines de milliers, qui ne se sont pas bousculés non plus. Pourquoi ?

Comme je ne veux faire à personne de procès d’intention je m’en tiendrai là. Mais le contexte étant ce qu’il est, il n’est pas exclu que ce qui était pour moi un atout maître ait pu être lu par certains (et certaines) comme un handicap insurmontable. On ne peut refaire l’histoire, mais en pareille occasion un beau déni est permis. Pour moi Azuima est miss France au coeur.

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s