Nishat 86

Devine qui vient dîner ce soir

Impossible (« ton départ m’a causé un vif

Déplaisir ») de dormir rappelant nos adieux

Inachevés dans ta rue sous la lune

Et les mots dépouillés de la douleur

Revêtu de patience et donnant tout le reste

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s