Shakespeare, sonnet XXIII (« As an unperfect actor.. »)

Comme on voit sur la scène un acteur imparfait
que le trac a rendu étranger à son rôle,
ou quelque furieux infatué de rage
qui de trop d’énergie amenuise son coeur ;

Ainsi faute de foi j’avoue que ne sais dire
la haute lice du rituel amoureux ;
semble que de l’amour la force se dérobe,
accablé sous le faix d’un éros insatiable.

O c’est bien à vous mes livres, cette éloquence,
devins muets de mes souffles diserts ;
qui plaidez pour l’amour, et voulez récompense

au-delà de ces mots que ma langue a su dire.
Apprendre à lire, toi, l’amour silencieux :
l’amour a cet esprit d’entendre avec nos yeux.

(traduction : Alain PRAUD)

(A la différence de Philippe de Rothschild, admirable traducteur avant moi de cette poésie (Poèmes élisabéthains, Seghers, 1969), j’ai renoncé à tout espoir de rimes pour privilégier le mètre, ici en français l’alexandrin, autant que faire se pouvait. On prendra en considération les diérèses alors obligées ; et le fait que le participe « accablé » (v.8) s’accorde avec « l’amour » du v.7)

Un commentaire sur “Shakespeare, sonnet XXIII (« As an unperfect actor.. »)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s