Orphée enfant, 3 : Diego Tosi

Diego Tosi n’est pas compositeur (pas encore, à ma connaissance), mais violoniste, et je le dis tout net un des meilleurs de sa génération (il est né en 1981). Il ne m’a pas attendu pour cet hommage largement partagé. Si je parle de lui dans cette rubrique consacrée aux compositeurs d’aujourd’hui, c’est parce qu’il est un de leurs interprètes de prédilection, et que dans ce domaine sa réussite me paraît incontestable. Et que seraient les compositeurs sans des interprètes hors du commun puisque capables de faire vivre des musiques dont, étudiants, ils ignoraient tout ?

On peut entendre Diego Tosi dans la Sonate pour violon seul de Bartok (1944), et déjà son talent éclate : impossible de jouer comme le dédicataire Yehudi Menuhin, ou croit-on comme plus tard Ivry Gitlis ? Eh bien oui, il y manque certes un peu d’incertitude assumée, d’emportement tzigane. Péché de jeunesse car le coeur y est. On se demande d’où vient l’instrument, rien de prestigieux ne l’indique sinon qu’il sonne merveilleusement dans tous les registres. Renseignements pris il s’agirait d’un Vuillaume…Mais un bon violon moderne fait l’affaire dans ce répertoire, et surtout dans celui que je vais aborder. On peut entendre Diego Tosi dans la première version (1991) d’Anthèmes de Pierre Boulez, une pièce pour violon seul d’environ 9 mn, et on conseillera chaudement cette écoute aux mélomanes rétifs au Boulez des années 50-70. Car vraiment c’est du beau, du grand violon, surtout interprété avec cette chaleur et cette conviction. Contrairement à ce qu’on entend trop souvent ailleurs, où l’instrument est martyrisé comme le chat d’un célèbre roman de Mishima, Boulez suit et prolonge ses grands prédécesseurs, Bartok bien sûr mais aussi Bach qui n’est jamais oublié (réminiscences des Fugues des trois Sonates, plutôt que de la célèbre 2ème Partita). Toutes les ressources violonistiques sont sollicitées, mais toujours dans le sens du chant, même quand il s’agit de glissandi d’harmoniques assourdies, ou de séquences de pizzicati au demeurant très jazzy…Pas de virtuosité gratuite, nulle volonté d’en découdre avec Paganini et Ysaïe : simplement un bel hommage à l’instrument, certes extrêmement construit comme toujours (en cela Boulez ne cesse de prolonger Messiaen), mais on peut se laisser aller, comme dans les pièces pour clarinette.

On regrette même que ce soit si bref…Mais alors on peut entendre Anthèmes II (1997), cette fois pour violon et électroacoustique en temps réel, technique déjà expérimentée de façon envoûtante dans le dispositif complexe de Dialogues de l’ombre double (1982-85) (où de plus la clarinette était réverbérée par les cordes d’un piano caché). Pas d’enregistrement Tosi pour cette oeuvre d’une vingtaine de minutes, mais une version à l’interprète non précisé – sans doute Hae-Sun Kang, dédicataire et créatrice de l’oeuvre en 1997 (YouTube, 21mn – l’enregistrement DGG semble épuisé, il faut le faire venir des USA). Comme presque toujours chez Boulez, chaque pièce est l’arborescence d’une pièce antérieure, aucune n’est achevée, toutes sont en devenir. Anthèmes II, d’une virtuosité et d’une complexité sans commune mesure avec son aînée, est aussi d’une fascinante imprévisibilité : une sorte de hasard mallarméen en forme d’algorithme conduit l’interprète à choisir entre les pistes que lui propose en permanence sa propre voix préenregistrée (à quelques minutes, ou secondes) et aléatoirement modifiée/déformée. Inutile de dire qu’il faut là des violonistes d’un type inédit, encore que Menuhin était capable d’improviser avec Ravi Shankar ; Diego Tosi est de ceux-là, c’est évident. Bon vent, jeune homme !

(A écouter aussi, par Diego Tosi : -« d’une seule voix »- de Bruno Mantovani, pour violon et violoncelle, avec Thimoté Tosi. Une tresse échevelée, un peu inégale. Mais les Capuçon ne sont plus seuls)
http://www.diegotosi.com

Alain PRAUD

Excellentes fêtes de fin d’année à tous mes lecteurs du vaste monde, à leurs familles, à leurs amis humains, si nombreux que forcément j’en suis…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s