Nishat 74 – 76 (Bagatelles golfiques)

Le flamboiement au départ du six
Tel qu’on le redoutait, même les yeux clos
Soleil d’automne encore à la brèche
On nourrit le swing mais non
Pas mieux qu’hier on le sait déjà

Ce soir suivant un camarade
Qui de dépit semait tous ses clubs
Lumière douce air parfumé d’octobre
Les rassemblant je pensais Si le bonheur
est chose à ce point relative
de même le désespoir sans doute

Colchique sur le green
on t’a donc laissé faire ?

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s