Grande image (Zao) (1)

Le bleu surgit le bleu nous tue et il nous
manque déjà moins bleu à l’oeil
lessivé de principes d’habitudes d’oxygène
natif pour ainsi dire :

(nous avançons dans l’aube transparente
où nous a conviés le devoir de nommer)

Les formes les dragons les êtres transitoires
viennent de la lumière, y retournent
sans un regard pour qui les a vus
cependant, ce feu qui nous rassemble

Mais on regarde ailleurs comme les visages
de Piero della Francesca ce bleu qui nous
badigeonne le fond d’oeil (voyez un peu)

et par où consentir au cadre ?

Nous sommes du bout des mondes
nous avons assemblé dans nos mains malhabiles
les parfums le verre brisé des flacons
tant que les paumes nous en saignent

tous les visages nous sont être-anges

avançons droit dans le bleu comme oiseaux
lyres (perdus, non bagués) avec l’entêtement
des figures sans traits

et précautions, légères, d’aveugle-né

dans le doux inorganique

(un corps de peau d’agnelle)

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s