Mei Hua : Eclats de lune, 27

Voler sur cette palmeraie
Dans l’odeur du jour naissant
Avec toi s’il se pouvait
Vivants comme on dit qu’il fallait
Toujours toujours comme pur-sang
Souffle duvet impatient
D’avoir voulu ce qui est

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s