William Butler Yeats : Tristesse de l’amour

Ce piaillement de passereau dans la gouttière,
Cette lune éclatante et tout le ciel de lait
Et l’harmonie toute puissante du feuillage
Recouvraient l’image de l’homme, de ses pleurs.

Une fille debout, lèvres rouges dolentes,
Parut toute la grandeur de ce monde en larmes,
Comme Ulysse marquée, ses vaisseaux à la peine,
Fière ainsi que Priam occis avec ses pairs.

Debout, et aussitôt les criardes gouttières,
La lune s’élevant sur le vide du ciel,
Et toute cette lamentation des feuilles,
Ne montrèrent d’humain qu’une image et des pleurs.

(Traduction : Alain PRAUD)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s