Cercle sous la mer pour Pier Paolo Pasolini ( 1 )

La plage est vénéneuse et jolie en automne
Les gamins s’y baignant
Doucement s’empoisonnent
Où que l’on soit le sable est grège et noir comme un nougat
Sans compter du fuel lourd la pollution nocturne
Pour moins s’y brûler les vendeurs de glaces
Onctueuses ont chaussé des sandales de cordages
Ils se crient comme en Inde aux fenêtres des trains
Ou plus petits encore, dans les gares, ils courent
Entre le viol tarifé et le bambou de la police

Ce monde vient à nous comme s’il n’était pas sûr
D’être (même par éclats) et nous le recevons
Sans sermonner, chaque fois plus lucides,
Car les enfants, même les misérables
Oiseaux querelleurs s’ébattent sous le ciel
Immense et changeant, viril, volatil, métal en bouche,
Leur monde après nous immédiat, sans limites,
Aussi perpétuel que cerfs-volants et rizières
Et brûlant comme le coeur de notre coeur
Que nous sentons par instants, derrière la pensée
Tiède et sous des strates d’assentiment.

On se souvient alors de ce labyrinthe
De verdure (partout) (notre vie) où se perdre
Etait un chant,

Et s’évanouir ombre fraîche

On se souvient Pier Paolo quel effort que sais-tu
De nos contritions sous la poudre de ta plage
Où ces enfants sans tâche ni hâte éploient
La chaleur inextinguible de l’espèce

Alain PRAUD (à suivre)

2 commentaires sur “Cercle sous la mer pour Pier Paolo Pasolini ( 1 )

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s