Pasolini : Les cendres de Gramsci, II

Entre ces deux mondes, une trêve qui nous nie.
Choix, dévouements …ne résonnent plus désormais
ailleurs qu’en ce jardin misérable

et noble, où l’obstinée duperie
qui étouffait la vie demeure dans la mort.
Les cartouches des sarcophages ne font

qu’ exposer en écriture profane
ce qui reste du sort de ces êtres laïques
sur des dalles grises, brèves

et imposantes. Des passions effrénées
continuent de brûler sans scandale
les ossements de milliardaires de pays

plus puissants ; rôde, comme jamais éteinte,
l’ironie des princes, des pédérastes,
dont les corps sont épars dans ces urnes,

cendres jamais chastes.
Ici le silence de la mort fait foi
du silence civil d’hommes restés

hommes, d’un ennui secrètement changé
en l’ennui du Parc : et la ville
qui l’emprisonne, indifférente, au milieu

de taudis et d’églises, d’une piété impie
y dépouille sa splendeur. La terre là
grasse d’orties et de légumes donne

ces cyprès malingres, cette noire
humidité qui souille alentour les murs
de blafards griffonnages de buis, que le soir

éclaircit puis éteint en austères
senteurs d’algue…cette herbe rase
et inodore, où violette s’enfonce

l’atmosphère, dans une ivresse de menthe
ou foin pourri, et qu’ y prélude calme
dans le jour mélancolique, la muette

anxiété de la nuit. Brutale
comme climat, si douce comme histoire
cette terre entre ces murs, où transpire

une autre terre ; cette humidité-là
en rappelle une autre ; y résonnent
– familières quant à la latitude, aux

horizons où forêts anglaises couronnent
lacs perdus au ciel, parmi des prairies
vertes comme billards phosphorescents ou comme

émeraudes : « And O ye Fountains… » – les pieuses
invocations…

____________________________

Ce dernier volet du polyptyque Les cendres de Gramsci « achève » cette nouvelle traduction du poème de Pier Paolo Pasolini. Merci de l’avoir lue, merci de la commenter et critiquer (nulle traduction n’est incontestable).
Bientôt : Le lamento de l’ excavatrice, autre chef-d’oeuvre du plus grand poète italien du XXème siècle.

A. PRAUD

___________________________

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s