Mei Hua : Eclats de lune, 16

L’alizé nous vient, haleine légère,
Et le flamboyant même à jeun rougit.
Ton baiser m’embaume et la brise dit
Ce qui est à elle et à ton ardeur.
Toi qui sais le mot, pourquoi attends-tu ?
Aux Champs-Elysées ose ta couleur…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s