Mei Hua : Eclats de lune, 8

Il y a des bouddhas dit-on
Depuis longtemps je les cherche
Dans le vent qui abat les feuilles
Dans la main qui puise l’eau
Mais ils disent Sois le vent la main l’eau
Et rien de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s