Nishat 60

Ombre partout, cimes meurtries, et la pensée comme étêtée – alors ce qui se voilait murmure sous le pas incertain, l’arbre ploie de sa propre tendresse, la partie brouillée des oiseaux sera déchiffrable. Le sort ou le hasard s’effondre sur lui-même, tout l’inconnu s’ordonne en horizons familiers. Ce qu’on désespérait de voir éblouit sans blesser. Puis c’est hier déjà.

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s