Nishat 58

Herbes ce temps passé à nous sourire
En écrivant des nombres sur l’eau des rivières
Etait-il temps perdu pour la poésie qu’importe
Le temps perdu pour la poésie ailleurs se retrouve
La vie s’engrène sur la vie les enfants les yeux
De marron d’Inde et lapis-lazuli qu’on voit luire
Les nuits d’été dans les buissons de prunelliers
–  Lames d’air des lacs cliquet régulier des rails
Lointains pays, brumes proches : ce temps passé
Nous enveloppe ainsi qu’une seconde peau
Et qui nous accompagne mouchetée de signes
Peu à peu effacés       si familiers

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s