Tao Yuan ming : Etat d’ivresse, 3

Bientôt mille ans que la Voie dépérit !
On ne fait plus guère de sentiment.
Le vin circule et personne ne boit ;
On n’a souci que de laisser un nom.
L’estime de soi que nous portons si haut,
A-t-elle un sens hors de notre vie ?
Dites, une vie, c’est combien de temps ?
Dans l’effroi d’un éclair tout est consumé.
Cent années de fonctions absorbantes,
Ce serait donc un accomplissement ?

(traduction nouvelle : Alain PRAUD, mars 2011)

* v. 9 :  ding ding :  le caractère-radical 206, ding, désigne le vase rituel tripode qui dans l’Antiquité servait aux offrandes et sacrifices .  Emblème du pouvoir du souverain, il signifie plus tard tout mandat de haut fonctionnaire. Le redoublement emphatique en début de vers (  ding ding bai nian nèi  ) souligne l’agitation prétentieuse d’une telle existence.  Ironie d’un ex-mandarin qui sait de quoi il parle…

Un commentaire sur “Tao Yuan ming : Etat d’ivresse, 3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s