Nishat 52

                                                pour Gui Yun

Roulé avec toi dans une main impérieuse
Indéfectiblement ma semblable     nue dans ma peau
Que je caresse des yeux

Abruti du ressac de l’espèce     acculturé
Au point de me parler en toi
Blasonné sur d’antiques bannières
De la douceur connue à l’étonnant plaisir

             toi  moi   l’universel hosannah

Heureux les vifs heureux les ardents car ils ont vu
Le pays sans nom qu’on demande encore
Au milieu de l’ossuaire de ses autres vies

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s