Nishat 46

Comme un tapis de tierces et de quintes          ce monde
Obstiné à être avec ou sans nous   ( couche après couche
De scories rouges )   peuplé du bourdon de nos ailes
Infimes  ,  qui ne savent lumière ou nuit ,
                                                                            dévide
Son harmonieux grief  :  soleil voilé , forêt blessée , rives
Abruptes  ( trop fières en somme )         horizons safranés
Et la passion désespérée d’y être purement et simplement

Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s