Du Fu : Confronté à la neige

Guerre déplorable   empilement de nouveaux morts
Dans sa solitude un vieillard hors d’âge marmotte de chagrin
Anarchie de nuages bas pêle-mêle au crépuscule
Une neige subite voltige au vent tournoyant

Louche abandonnée   jarre à vin vide , verte
Reste un fourneau comme s’il avait du feu , rouge
De mainte préfecture les nouvelles ont cessé de parvenir
Assis dans l’affliction il faut écrire , vainement

( hiver 756, dans Chang An assiégée)

trad. février 2005

double quatrain pentasyllabique

Traduit du chinois par Alain PRAUD

Un commentaire sur “Du Fu : Confronté à la neige

  1. « Il faut écrire, vainement » : c’est tellement paradoxal, et tellement vrai. Ca me rappelle aussi Rielke (« Suis-je contraint d’écrire ? ») A l’époque, je répondais « oui !!! » sans hésiter. Dix-huit ans plus tard, je murmure « j’aimerais » et je vais faire tourner une machine de linge… On ne doit pas pouvoir être écrivain à mi-temps, quart de temps, il faut donc être riche ou accepter de crever misère en attendant… la gloire ? Pas sûr que ce soit le but, d’ailleurs…
    Lod

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s