Nishat 51

Au-dessus du Nil mon passé me reprend
Large     nombreux     aisé     fougueux
Mon frère DU Fu l’a dit en cinq syllabes
Les vieux lutteurs ont les genoux cagneux
Le souffle bref       leur âme les oublie
Qu’il serait donc harmonieux de lever
Sa coupe avec deux trois amis au bord
D’un lac plateau d’argent sous la lune
Accompagné de très petites danseuses

 

 

(05/01  –  au-dessus du Soudan)

 

Alain PRAUD

Un commentaire sur “Nishat 51

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s