Nishat 50

Colline douce pente silence
On s’attend à quelque oiseau mais non
Les oiseaux ont émigré avec la vigne  ( on ne sait
Où )   et  par les hautes fenêtres de nos vies
Semble couler une lumière égale
Mémoire écrite sur une urne    qui s’efface
Comme décline un jour poudreux , rose
Et que se dissipe un peu plus la chaleur des êtres

Alain PRAUD

3 commentaires sur “Nishat 50

  1. bonjour Alain,
    Comme tu dis: la poésie est un alcool fort et je ne sais pas si un jour j’en prendrai; mais ton dernier me plait beaucoup… a bientot
    nadine

    J'aime

  2. La poésie des Troubadours (Jaufré Rudel…) c’est un peu ça : lyrisme ET renoncement. Et traduit en gascon ce poème le dit sans doute mieux (j’en profite pour préciser que Bernat Arrous, un de mes plus anciens élèves ou mieux: disciples – ainsi qu’il se considère – est un brillant linguiste, certifié d’occitan certes mais aussi versé dans les langues amérindiennes (sa fille a un prénom algonquin si je ne m’abuse). Il est cher à mon coeur et je me sens honoré qu’il ait pris la peine (c’en est une) de me traduire (il dit:adapter) en gascon.
    Cela dit je ne sais pas complètement ce que dit ce poème…comme toujours.

    J'aime

Répondre à lod Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s