Nishat 49

C’est     clos de lierre     un cénotaphe d’amours
                        évaporées             comme  incidentes
Plumetis d’un temps épargné  ( confit en herbe )
Où revenue à soi la pensée se repose
En son meuble intérieur ,  sans ombre portée
Ni mélancolie , qu’un lavis léger

Au bout du chemin
Sont les simples

Alain PRAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s