Yang Wan Li : « Jour de printemps »

Ivre de printemps        non à cause du vin

Je marche dans la campagne    sans demander mon chemin

Le firmament    où donc finit-il

Un oiseau blanc s’évanouit dans le vide

(trad. mai 2005)

Traduit du chinois par Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s