Du Fu , « Rentrant de nuit » ( Guizhou , hiver 767 )

Rentrant au milieu de la nuit je tombe nez à nez avec un tigre, il passe son chemin

Montagne noire ,  à la maison déjà tout dort

A côté je vois la Grande Ourse qui décline vers le fleuve

Je lève la tête  ,  l’étoile du matin préside au vaste ciel

Arrivé devant la cour ,  la flamme de ma chandelle se dédouble ,

Dans l’entrée de la passe  ,  le cri d’un grand singe me fait tressaillir

Vieillard chenu a rajeuni  ,  il danse  ,  il chante  ,

Puis se repose sur son bâton  ,  sans dormir  .     Et alors  ,  quoi  ?

                                                                                                                                                        (trad. février 2005)

Traduit du chinois (VIIIe siècle) par Alain PRAUD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s